AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Créer, imaginer, poster ! C'est la devise de ce site !
 

Partagez | 
 

 La Légende de L’Assassin d’Ambre [Heroic-Fantasy] Tome I

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Awalix
avatar



16 messages.
Inscrit le 03/02/2016.


MessageSujet: La Légende de L’Assassin d’Ambre [Heroic-Fantasy] Tome I   Ven 5 Fév - 0:52

    La Légende de L’Assassin d’Ambre
 
 
Félix Tyrris tel est mon nom, j’étais autrefois un Assassin qui a maintenant pris sa retraite depuis quelque mois, mais je garde sur moi mes deux fidèles lames secrètes qui se trouvent dans mes manches, ce que je vais vous raconter maintenant va dépasser tout ce à quoi je croyais…
 
Ce qui faut savoir c’est où se situe exactement l’action, ça se passe à la fin de l’Ere Draconienne, la quatrième ère de l’année 1355, dans le premier continent dans la ville de Florencia…
 
Chapitre 1
                                                                                                                
 
Une retraite anticipée
 
 
 
 
 
La ville de Florencia accueillait toute sorte de population, quelle qu'elle soit, mais pour ma part j’étais plutôt attiré par l’Auberge des Sept Étoiles, un accueil des plus chaleureux de par son chef, Jérémy est un bon ami à moi, vêtu modestement, avec de longs cheveux moitié blond et moitié brune, on pourrait presque confondre avec une fille. Chaque personne qui passe la porte de l’Auberge est sûre d’être accueillie par lui. Comme tous les jours, je vais dans cette auberge, pour demander à Jérémy de me faire part des nouvelles, mais ce jour-là elles étaient mauvaises, deux exécutions de bandits le matin, et un buché dans l’après-midi pour une femme qui aurait soi-disant ensorcelé le mari de Dame Vinterrese, celle-ci est dans la grande noblesse ; en gros « ne pas toucher », et surtout que j’avais un très mauvais pressentiment sur ce que Jérémy allait me dire :
-           Es-tu au courant aussi pour la princesse, apparemment la royauté serait partie à sa recherche, mais d’après quelques rumeurs, elle serait dans cette ville en ce moment même où je te parle.
-          Et qu'est-ce que tu ferais si elle venait ici, rétorquais-je
Mais au même moment, deux individus entraient dans l’Auberge et se déplaçaient rapidement sur une table et s’asseyaient rapidement, ils étaient vêtus de vieux capuchons, Jérémy s’exclama d’une voix haute « Bien les bonjour chers visiteurs », puis il baissa d’un ton,
-          Ben je ne sais pas si elle viendra dans cette auberge et que si jamais elle vient ben je ne serai pas quoi faire, a par lui laissé une chambre, mais bon…
-          Je me demande si cette princesse n’est pas folle dans la mesure qu’elle fait une fugue en ce moment, pourtant elle a tout sur tout, mais. . .
 
 
Au même moment quelques gardes au moins quatre couraient et venaient devant la porte de L’auberge ils toquèrent sans dire de mot pénétraient dans celui-ci, nous étions tous deux surpris de voir cette scène, les gardes ne disait rien et s’avancèrent et ils enlevèrent aux deux visiteurs leur capuchon, c’était la Princesse et son garde du corps, l’une des gardes s’exclamait sur une voix grave qui raisonnait dans toute la pièce
-          Au Nom du Roi, vous devez revenir expressément avec nous, pour rentrer au château et recevoir votre punition.
La Princesse se levait avec grâce, et regardait avec un air méchant, elle dit
-          Je ne reviendrais plus jamais dans ce château, je connais que trop bien ce château et je sais surtout que je ne serai pas la souveraine.
-          Le Roi a dit aussi que si jamais vous refusiez, alors on avait l’autorisation de vous tuer tous, témoin y compris
Le Garde principal faisait signe aux autres Gardes de dégainer leurs épées, je regardais mon vieil ami, et il me regardait, avec le regard qu’il y avait urgence. Alors que les gardes provoquaient la jeune dame et son garde, je me glissais furtivement derrière eux et je m’écriais « Si vous touchez ne serait ce qu’un cheveu de la demoiselle je vous tue » les deux premiers se retournèrent, je plantais mes deux lames en plein cœur, ils s’écroulèrent, et je retirais au même moment mes lames, le Garde de la princesse dégaina aussitôt son épée et le plantait en plein cœur, le dernier pris de panique courue aussitôt vers la sortie, j’arrivais juste au bon moment pour lui mettre ma lame, et le garde s’écroulèrent. Le garde du corps de la princesse retira son épée, l’essuyait et la remettait dans son fourreau, la princesse était impressionnée par ce que j’avais fait aux deux gardes, je la regardais, elle avait les yeux châtain clair, un teint bronzé, cheveux longs et bruns.
La Princesse fit :
— Désolé je ne me suis pas présenté, je suis la Princesse Yelena de Minerve, et voici mon fidèle garde du corps, Hector, je vous remercie pour ce que vous avez fait pour moi…
-              Qu’est qui me prouve que vous êtes véritablement la Princesse,
Jérémy rétorqua :
-   Ah pauvre de toi Tyrris, on voit bien que tu ne regardes jamais les affiches placardées sur les murs de la ville, c’est le portrait craché de la princesse donc je confirme bien que c’est la Princesse
-          Ok, ok, je vous crois tous les deux, je suppose que votre père, avec un ton sérieux, à envoyé tout sa garde impériale rien que pour vous chercher, non ?
-          Non, seuls des gardes assassins, qu’il a envoyés, mais j’aimerai bien vous demandé votre nom
-          Felix Tyrris et voici mon vieil associé Jérémy,
-          Hector se déplaça vers les deux compères, comme pour la protéger, nous devons faire vite madame, partons d’ici sur le champ
 
Puis ils y partirent comme si un démon était à leurs trousses…Jérémy me fit un signe pour que j’aille les aidés.
Je partis sur les toits de la ville pour que je puisse éviter les gardes, mais les deux compère avaient pris un peu d’avance sur moi mais je les rattrapais rapidement. En arrivant au bout de la ville dans le sud, les deux compères échangèrent une bourse contre un chariot, j’arrivais juste à temps et de faire halte au chevaucheur, j’attendais quelques minutes, Hector descendit, surpris de me voir, je lui fis :
-          Vous n’êtes vraiment pas malin quand même, on sent la Princesse dans toute la ville pas étonnant que les gardes ont réussi à vous retrouver aussi facilement, si vous voulez je peux vous aider ou non, mais je vous préviens il y a toute une troupe qui va pas tarder…
-          Vous voulez quoi en échange ?
-          Je vous le dirais en temps et en heures partons d’ici immédiatement !!  
-          Et que fait-on de votre ami ?
-          Il reste ici, il n’y a que moi qui pars, d’abord il faut masquer son parfum qu’elle dégage et après ça nous verrons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Awalix
avatar



16 messages.
Inscrit le 03/02/2016.


MessageSujet: Re: La Légende de L’Assassin d’Ambre [Heroic-Fantasy] Tome I   Ven 5 Fév - 0:54

Chapitre 2
 
 
Le plan
 
 
 
Et me revoilà partis pour une aventure aussi dantesque qui soit, en cours de route j’ai réussi à masquer l’odeur de la Princesse avec du crottin de Chelouque, et changer de tenue puis maintenant elle à l’air d’être moins noble, ça fait un peu dans le style des esclaves ou des paysans. Nous nous arrêtâmes devant un petit lac en route vers Guyos, Hector alla vers le lac pour savoir si elle était bonne, il dit “C’est bon !! ”, on pouvait entendre sa grosse voix dans toute la forêt, il profite de cette occasion pour remettre de l’eau dans nos gourdes, la Princesse quant à elle était à l’opposé de Hector, elle profita pour se doucher. Hector revenait avec un sourire
-          Et maintenant qu'est-ce qu’on fait, disais-je avec une voix douce
-          La Princesse a vu son père couché avec une putain, d’après ce qu’elle m’a raconté, la putain en question ressemblerait presque à une déesse, ou un genre de magie, et donc elle a trouvé son père dans une posture très hum, hum, de ce fait, son père la vue, et l’humiliée en public, la déshéritée du trône. Maintenant, il n’y a plus de prétendant au trône, à moins que bien sûr un des membres de l’ancienne famille noble revienne dans la ville de Minerve et prétende au trône, mais bon mettre en sécurité la princesse sera une bonne chose, il avait un air détendu, et baissa un peu plus sa voix, et maintenant elle veut reprendre son trône, mais comment ? Il faut d’abord passer par la grande porte, puis après faut être noble pour arriver dans le château…
-          Avec ma tenue, et mon allure, on pourra passer, il suffira que tu conduises la charrette.
-          En espérant que ça marchera alors
La Princesse revenait, une quinzaine de minutes plus tard, cheveux mouillés, avec un regard écarlate, mais à l’intérieur de celui-ci, c’était un regard de braise et de colère, et elle s’exclama : 
 — Alors est-ce qu’on a un plan ?
-          On a simplement un plan A, qui consiste à faire semblant d’être noble, Hector sera le conducteur, et nous serons des nobles, j’espère seulement que les gardes qui contrôlent l’entrée ne pourront te reconnaitre, en fin de compte tout va se jouer sur la chance, je le disais sur un ton ironique
-          Finalement, je le savais qu’on pouvait te faire confiance, mais en cas d’échec y aura-t-il un plan B ?
-          Nous verrons en temps voulu…
 
 
Plus tard le jour d’après, on arrivait au poste avancé de Minerve, des voyageurs, des calèches, des aristocrates, et bien d’autres passèrent par ce poste, pour rejoindre la Cité, des gardes, des archers se tenaient sur la route et contrôlaient les gens. Hector faisait halte devant quatre gardes, ils se rapprochèrent, et ils nous regardèrent puis ils nous firent signe de circuler, la chance nous sourie pour une fois.
Sur le chemin, je me posais la question du comment va-t-on faire pour demander une audience, mais la question que je me pose était plutôt, pourquoi bannir sa fille pour s’y peut, je dois dire que c'est très louche, même la version de Hector m’a paru étrange, soit c'est moi, soit c'est les deux compères, ou soit c’est le père qui a véritablement un problème de sociabilité étrange, vraiment étrange, et j’en ri dans ma barbe, mais bon, on verra quand on sera à Minerve. . .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Awalix
avatar



16 messages.
Inscrit le 03/02/2016.


MessageSujet: Re: La Légende de L’Assassin d’Ambre [Heroic-Fantasy] Tome I   Ven 5 Fév - 0:55

Chapitre 3
 
Minerve (partie 1)
 
 
 
À la citadelle de Minerve, cette cité jouissait d’une technologie qui nous fait tous défaut, le cristal vert, ce minerai a une puissance colossale en énergie (ça équivaut à une puissance minimum de un soleil) suffisant pour alimenter la citadelle toujours en pleine expansion, ces maisons avec un style d’elfe et Farens, ce minerai on en trouve dans tous les coins de la rue, même sur les bijoux, on s’en rend pas compte mais un jour je le sens bien, lorsqu'il y aura un bouton et quand quelqu’un va appuyer dessus, alors ce monde volera en éclat, et personne ne survivra à ce phénomène, mis à part cela il y a beaucoup de race dans cet ville, mais elle est peuplée principalement d’humains, sinon il y a bien entendu des Elfes, des Elfiques, et des Giants, et de rare Farens, autant de races avec autant de problèmes, moi en tant qu’assassin j’évite ce genre de ville, car les problèmes peuvent venir sans prévenir.
                                                                                         
En arrivant dans la ville en fin matinée, notre chère princesse a choisi par hasard une auberge qu’elle fréquentait de temps en temps quand elle fuguait, l’Aubergiste nous a fourni trois chambres, mais par prudence je paie ma chambre à l’avance, mes deux compères partirent en direction de leur chambre, moi je restais assis devant l’aubergiste demandant les nouvelles du coin. L’Aubergiste me dit que le roi avait cédé sa place à l’Impératrice Aya, et que celle-ci a décrété la loi du soir (loi Martial), il y a eu beaucoup de mouvement, beaucoup disent que l’Impératrice aurait soudoyé le roi pour qu’il cède sa place, le reste du peuple est comme qui dirait hypnotisé par l’Impératrice même pour les Gardes. Je ne me sens pas très à l’aise dans cette ville, maintenant la question que je me pose. Est-ce que le roi aurait il fait hum hum à celle-ci puis après cela elle a rejeté le roi comme un vulgaire torchon voire pire, elle aurait fait exprès pour qu’elle soit enceinte.
Je me mis a trituré mes méninges pour les solutions, mais avant il fallait que je fasse le tour de cette Cité pour avoir un aperçu, je partis dans l’immédiat, je regardais s’il n'y avait pas des gardes aux alentours, et je me mis à grimper la maison en face de l’Auberge de Tritus, en une minute j’arrivais sur les toits, et là je me suis dit que la citadelle étaient bien plus grandes à ces débuts.
 


Je me dirigeais vers la forteresse, il n'y avait aucun garde sur les toits ce qui est très étonnant, j’arrivais devant l’entrée du château, il y avait bien des gardes qui contrôlaient, mais aussi surveillaient, je me décrochais du toit et j’arrivais sur la route, personne ne remarqua que j’ai désescalade, fin bref je me rapprochais des gardes, deux patrouilles arrivèrent au même moment, bien sûr je n’étais pas connu, mais je faisais un peu profil bas et j’attendais patiemment.
Les deux patrouilles passées, je fis le tour du château, s’il n'y avait pas un accès, mais aucune, alors il faudrait que je passe par les égouts, ou s’il y avait, bien entendu des catacombes, mais je vais me contenter des égouts, au moins si les choses tournaient mal on aura notre plan B, j’avais aussi remarqué qu’il y avait bien des bouches d’égout, donc ceci étant ce sera notre plan de secours.
Après un bref aperçu, je retournai à l’Auberge par le même chemin, c'est à dire, par les toits. En arrivant je demandai à l’aubergiste si mes deux compères n’étaient pas partis, il me fait signe que oui, alors je me mettais à sprinter en direction de la calèche et ils y étaient, ils avaient l’air d’être sûr d’eux, et c’est là que je me suis dit qu’on ne pouvait plus faire machine arrière, ils étaient prêt, mais moi j’étais pas très sûr, j’avais comme un mauvais pressentiment, comme si que mon plan B allait être ma seule issue, je me mis dedans, Hector conduisait la calèche, et Yelena était devant moi, avec un chapeau blanc, et une perruque blonde, et pour ma part je n’avais pas besoin de me changer, il nous suffirait d’avoir une bonne dose de chance…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé.


messages.
Inscrit le .


MessageSujet: Re: La Légende de L’Assassin d’Ambre [Heroic-Fantasy] Tome I   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Légende de L’Assassin d’Ambre [Heroic-Fantasy] Tome I
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Salvatore, R.A. - Terre Promise - La Légende de Drizzt 3 - Les Royaumes Oubliés
» COLLECTION STAR WARS - LA LEGENDE DES JEDI
» [Bège, Jean-François] Ravaillac, l'assassin d'Henri IV
» Création Perso Spé : Altaïr (Assassin's Creed)
» Assassin's Creed Brotherhood III - [Xbox360/PC/PS3]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La croisée des contes :: Zone de RP :: Fan Fiction-
Sauter vers: