AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Créer, imaginer, poster ! C'est la devise de ce site !
 

Partagez | 
 

 Les sables mortelles de Lut Gholein!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Dernier Explorateur
avatar



10 messages.
Inscrit le 10/04/2016.


MessageSujet: Les sables mortelles de Lut Gholein!   Lun 11 Avr - 21:07

Lut Gholein, le joyau de l'orient, la citée aux mille étoiles... Jusqu'à la chute du monde. La citée bâtie sur un plateau rocheux, était la fleur de la civilisation d'Orient, un phare au plein milieu des océans de dune ensablé du désert d'Ankara.

La cité dirigée par un sultan conciliant et juste fut ravagé par les guerres qui précédèrent la chute du monde des hommes, lorsque les premières catastrophes s'abattirent le sultan du faire appel à ses sorciers pour créer une protection autour de sa cité qui voyait tambouriner à ses portes des monstres de sables dévoreurs de chair.

Après une année de siège par les monstres de sables, après la famine, la maladie et la mort de centaines de valeureux guerriers sur les remparts de Lut Gholein, les sorciers lancèrent le sort qui éloigna de quelques lieux les créatures maléfiques et permis aux habitants de se remettre à se développer à nouveau.

La bataille à eu lieu il y a maintenant 500 ans, 500 ans de paix et de survie parfois précaire que les sultans ont mener parfois durement. Les habitants ont perdu espoir, pour eux le monde est maintenant limiter à leur cité.

Cela fait malheureusement pour eux deux ans que le sort qui les défends faiblit, permettant aux monstres de sable de rogner sur les terres du sultan. Alarmé par cette situation sans précédent, les sorciers et le sultan ont décidé de faire appel au seul homme qui soit revenu de derrière le territoire des hommes en vie. Un homme bourru, solitaire et peu loquace.

Cet homme... C'est moi. Arakar Cain, dernier membre de la guilde ancestrale des explorateurs Horadrim, seul survivant de la première expédition derrière le sort de défense depuis 400 ans et unique explorateur depuis des années.

Le soleil ardent de l'orient éclaire le puit où je peut voir le reflet de mon visage, des yeux bleu, une peau hâlé, le visage ovale encadré d'une chevelure de corbeau. J'ai un corps athlétique et vêtu d'une tenue légère de soie couleur sable avec un turban et un voile sur le bas de mon visage. J'ai un sabre à la hanche, un couteau au mollet et une lance. Je pars ce matin pour mon expédition, la dernière avant ma retraite... J'ai trente ans, mais je veux vivre plus vieux et pour ca je dois cesser d'explorer. J'attends devant les portes de la glorieuse Lut Gholein. J'ai dû traverser le souk bruyant et chargé d'arôme et de couleur, puis j'ai atteint les quartiers résidentiels modérés aux maisons couleurs du désert et aux arcades arrondies.

La porte est massive, en bois barré d'acier, des dizaines de gardes la défendent de jour comme de nuit.Il y a encore 100 ans il y avait encore quelques pillards qui tentaient d'enfoncer les portes mais maintenant... Nous sommes peut-être les derniers êtres vivants en ce monde.
J'attends... Je ne dois pas partir seul, le conseil des sorciers m'a offert un ou une compagnon pour ce voyage... Pour me donner une chance de sauver la cité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le conteur
avatar

Admin


36 messages.
Inscrit le 03/02/2016.


MessageSujet: Re: Les sables mortelles de Lut Gholein!   Dim 15 Jan - 1:19


.


Les sables mortelles de Lut Gholein

Le dernier espoir se repose sur une fin







~Légende ou réalité ?~

La sécheresse du désert atteignait progressivement mes terres, des oasis, marécage et immense étendu d'eau à perte de vue où vivait mon peuple amphibien... Nous sommes un peuple de fête et de légèreté, néanmoins, nous ne sommes pas non plus inconscient au point de se laisser aller naïvement au danger. Depuis déjà quelques dizaines d'années, je pouvais voir les sages de mon peuple s'inquiéter, il sentait une menace se rapprocher de nous. Le danger était la grande sécheresse, les plantes se mourrait, les marécages s'asséchaient peu à peu. Je ne sais pas à quoi est dû se maléfice, personne ne le sais ici et c'est bien ce qui nous inquiète... Même en essayant de faire regagner l'eau sur les terres asséchés, cela ne changeait rien... L'eau s'évaporait.

Le mal nous étouffes peu à peu et gagne du terrain de plus en plus vite... Notre peuple se plains. Les sages ont alors lancés un appel au-secoure via une magie ancienne, une bouteille à la mer à tout les anciens peuples qui nous entouraient autrefois, il y a de ça des centaines de siècle en arrière... C'est alors que des mois plus tard, un seul peuple nous répondit. Un peuple lui même piégé par les sécheresses... Ils avaient besoin d'un héro de notre civilisation... Mais les héros sont mort depuis des années, leurs piliers avaient depuis longtemps cessé de luire, sauf un... Les sages avaient longtemps discutés entre eux avant de procéder à son réveil. Pourquoi les sages avaient débattu avant de le réveiller ? Pour deux raisons.

La première est qu'on ne réveil pas un héro pour rien. Mais avec le cas de figure où mon peuple se mourrait, ils avaient votés à l'unanimité l'éveil...
Et la deuxième raison était que le dernier héro en vie était sûrement le plus dangereux et le plus puissant d'entre tous... Mon peuple véhicule tant de légende... L'une d'entre elle raconte que son prochain réveil sera signe d'un changement d'ère...

La décision fut prise, il était temps pour moi d'ouvrir les yeux désormais... 


__________________________
J'entendais autour de mon sanctuaire des voix s'élever à mon niveau. Après discussion, me voilà apparu sous la forme d'une créature de mon peuple... Une femelle amphibie au corps très bien sculpté qui a en particularité d'avoir des zones du corps écailleux et une longue queue qui serre de nageoire. Des longs cheveux noirs et plat qui était si doux que l'on aurait pu confondre la texture à celle de pétales de Rose... Des traits de visage doux et intriguant par les antennes oranges et bleues que je portais au front et des yeux d'un bleu profond sans pupille...

J'étais presque nue comme tous les habitants de mon peuple, mais en tant que représentant, je fis apparaître sur mon corps très peu vêtu une aube bleue qui touchait le sol tant elle était longue avec l'insigne de mes cinq frères entourant le mien brodé en fil d'or. Mon visage était masqué dans l'ombre avec ma capuche, je passais le grand portail qui me fit apparaître dans une autre cité que je connaissais bien. J'allais être en équipe avec une personne d'un autre peuple que je devais rejoindre aux grandes portes.

Bien que les regards des habitants se posait avec interrogation sur ma personne, j'atteignis la grande porte de cette cité aride me présentant toujours voilé dans l'ombre aux côtés de ce qui semblait être un mâle de se peuple.


" Héro de Lut Gholein. Je suis votre accompagnateur. "

Je disais alors d'une voix qui laissait présager que j'étais une femelle.

© Code de Anéa pour N-U

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lacroiseedescontes.forumactif.org
Le Dernier Explorateur
avatar



10 messages.
Inscrit le 10/04/2016.


MessageSujet: Re: Les sables mortelles de Lut Gholein!   Mer 18 Jan - 20:26

Une voix me sortis de mes pensée sur le voyage à venir. Une voix assez féminine. Je me tournais ers l’étrange personnage encapuchonné dans une grande aube. Je ne relevais pas le fait qu’elle s’était définie au masculin, il y a bien plus étrange sur notre monde après tout.

« Salutation étrangère… Je suis Arakar Cain, je n’ai rien d’un héro. » je répondis avec neutralité.

Je lui fis signe de me suivre vers les protes de la cité gardé par les soldats du sultan dans leur tuniques sables et leurs armures de cuirs.

« Sachez étrangère, nous allons fouler les sables impie du désert. Ne vous arrêtez pas si je ne le fais pas. Restez sur vos garde, le moindre frémissement dans le sable peut prévenir d’une attaque et surtout quoi qu’il arrive, si quelques chose qui n’est ps moi vient vers vous… Tuez là avant que cette chose ne vous tue. Suivez moi et allons vers le canyon de sang, ce sera notre première étape. » Je lui expliquais avec clarté et sans mépris, je donnais des informations importante et fixais l’ombre de la capuche de mon interlocuteur.

Nous avons alors débuté notre course.  Les soldats on ouvert les portes en nous souhaitant bonne chance. Les portes se refermèrent dans notre dos alors que nous avions débuté notre course dans le désert. Mes pas étaient sûr, je tenais fermement ma lance dans la main droite prêt à frapper en prenant des inspiration régulière et rythmé pour garder mon endurance alors que j’avais un sac conséquent sur le dos.
Les premiers kilomètres près de la cité étaient relativement sûr, ce qui me laissais l’occasion de parler en gardant ma course.

« Nous allons jusqu’au rocher de la dents de Gwynn, il nous permettra de nous reposer jusqu’à demain… Ensuite nous prendrons la route vers le canyon. » Je fis une pause dans mes mots puis repris. « Gardez votre souffle, respiration rythmé, gardez un œil où vos pieds se posent. Les scorpions peuvent se cacher sous le sable. » Je conseillais tout en appliquant mes propres conseils.

La course se fit pour le moment sans accrochage, le soleil tapait fort mais nous n’étions pas si loin que cela du rocher de gwynn… ensuite nous irons de rocher en rocher jusqu’au canyon pour ne pas être dévorer par le sable si nous restions immobiles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le conteur
avatar

Admin


36 messages.
Inscrit le 03/02/2016.


MessageSujet: Re: Les sables mortelles de Lut Gholein!   Mar 24 Jan - 12:50


.


Les sables mortelles de Lut Gholein

Le dernier espoir se repose sur une fin







~Légende ou réalité ?~


J’observais de mes yeux azures voilée d’ombre par mon ample capuche cet homme me parler. Après s’être aimablement présenté à moi, il commençait à me parler de ses « choses » du désert. Alors que nous nous faisions raccompagner par les soldats du sultan, je prêtais une oreille attentive à ce que me disait mon interlocuteur.
Il semblait bien renseigné sur les contrés avoisinantes et leurs diverses danger, allant jusqu’à me donner des conseils et un itinéraire. Le rocher de la dents de Gwynn.
La chaleur du soleil aride tapait sur mon aube, si bien que je ressentais quelques effets indésirables de celui-ci sur mon corps pourtant immortelle. La marche fut longue, mais néanmoins plus les heures passaient, plus je m’acclimatais à ses lieux.

Nous nous rapprochions de cet objectif, Gwynn, je te ressens… Savait-il réellement pourquoi se rocher à été appelé ainsi ? Moi oui... Gwynn était autrefois une bête, terrifiante, menaçante. Si je devais décrire ô combien son physique inspirait la crainte, je lui donnerais comme représentation chimérique un corps gigantesque de chien sans poil, dont la peau serait noire. Il n’avait pas d’yeux pour voir, mais les diverses antennes disposées sur sa tête lui permettait de percevoir à des kilomètres à la ronde le mouvement d’un papillon… Cette bête sauvage aimait plus que tout se repaître de la terreur et de la chaire de ses proies. Elle était pour moi, rien d’autre qu’une pauvre créature dont la douleur de vivre était si grande qu’elle se soulageait en répandent le mal autour d’elle par folie. Elle fut partit des premières créatures que je tuais seul et c’est en partit grâce à elle que j’avais pris conscience que derrière chaque folie se cache une raison.
Je me souviendrais à jamais des yeux de la bête quand sonnait le glas pour elle. Son corps décharné et maigre tombant sur le sol lourdement, je posais ma main sur sa truffe humide, debout, face à elle, percevant les battements ralentissant de son cœur, nos regards s’échangeaient et le sien me remerciait de l’avoir délivré de cette enveloppe douloureuse à laquelle elle avait été emprisonné trop longtemps.

Son corps à ensuite rejoins les astres, mais de celui-ci je gardais une chose, sa canine… Je plantais alors cette canine en guise de sépulture dans la terre et celle-ci s’entourait alors doucement de pierre pour finir en rocher, le rocher de la dent de Gwynn. Oui, se monstre à semé le mal, la peur, mais savons-nous le pourquoi de ses actes ? Le mal finit toujours par engendrer le bien et inversement, ainsi sont faites les lois divines redoutés de tous. Je suis sûrement le héro le plus mauvais que les dieux ont engendrés, pourtant, aujourd’hui est bien la preuve que même la plus mauvaise des créatures de ses rangs peuvent faire le bien.

" Arakar de Lut Gholein, je ressens un déplacement sous nos pieds. La dent de Gwynn est encore loin ou allons-nous faire face à la créature qui semble nous avoir repéré ? "




© Code de Anéa pour N-U


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lacroiseedescontes.forumactif.org
Le Dernier Explorateur
avatar



10 messages.
Inscrit le 10/04/2016.


MessageSujet: Re: Les sables mortelles de Lut Gholein!   Mar 24 Jan - 20:55

Nous avançons au trot sur le sable chaud. Le soleil semble presque immobile dans le ciel, néanmoins, il commence inexorablement à piquer vers l’horizon et bientôt l’air glacé des ténèbres de la nuit va succéder à l’étouffante chaleur du jour. 

Le paysage durant notre course est d’une extrême monotonie, les dunes semblent toutes se ressembler, avant par ici, il y avait une maison, ensevelie sous le sable maintenant. Là-bas, c’était un petit champ de pierres, disparu aussi sous le désert. Heureusement, je commence à voir la pointe de la dent de Gwynn, l’immense roche est visible de très loin par sa grandeur. 

Avant même que ma compagnon ne parle, j’avais aussi vu du coin de l’oeil ,entre deux clignements pour évacuer la sueur piquante de mes paupières, des remous presque invisible sous le sable. Ils arrivaient…

« Soyez prête, étrangère. Vous allez rencontrer vos premières abominations. Gardez le plus de distance possible, ne les laissez pas vous toucher ! » Je m’exclamais en resserrant mon poing sur la hampe de ma lance.

Je vis un léger déplacement de sable devant moi et me stoppais en plantant mes pieds fermement dans le sable alors qu’un geyser de sable ocre éclatait devant moi pour révéler une forme vaguement humanoïde se dresser devant moi. Je vois les parois de la dent de Gwynn juste derrière, sur la roche, nous serons à l’abri !

Un cri strident semble sortir de la créature alors que je me lance dans une série d’attaques avec ma lance avant de parer une frappe de la bête qui est armée d’une sorte de massue de roche. Je laisse une frappe toucher le sol à ma droite et ma lance profite de l’ouverture pour perforer le torse de la chose faite de sable qui finit par pousser un nouveau cri en convulsant avant de se disloquer.
Je me retourne vers femme qui m’accompagne et vint me battre contre les deux créatures qui l’assaillaient avant de la tirer par son aube vers le rocher.

« Il ne cessera pas d’en venir courez vers le rocher et grimpez » ! Je m’exclamais courant à côté d’elle.

La dent de Gwynn, immense de 30 mètres de haut en surface et faite d’une roche brune solide. Le refuge des explorateurs horadrims qui vont vers le canyon. Je continue de pousser ma compagnon vers l’avant en voyant les êtres de sable fondre vers nous alors que nous ne sommes qu’à quelques mètres de la dent !

Je n’attends pas d’arriver au pied du rocher, j’utilise ma maie pour lancer la femme vers le haut et l’imite pour m’accrocher hors de porter du sable meurtrier.

Je souffle un juron en horadrim avant de continuer a grimper en faisant signe à la femme de me suivre. Nous arrivons après une dure escalade à une sorte de petite plate forme à même la roche.

Je pose ma main sur la paroi de la dent et marmonne en horadrim dans un accent poétique et une porte se dévoile à nous.

« Venez, vous devez vous reposer... » Je souffle en entrant.

Le petit abri est constitué de trois pièces, une abritant des matelas et des coussins, plus loin une arcade donne sur la réserve de nourriture et d’eau et sur la gauche une autre arcade descend un peu vers des latrines.

Je m’affale sur le sol couvert de tapis, de coussins et de couverture après avoir saisi des brocs remplis d’eau à une petite source magique.

« Faites comme chez vous, nous ne restons que le temps que la nuit passe, les abominations seront partis d’ici là. » J’indiquais en buvant et enlevant mon turban pour dévoiler mon visage encadré de cheveux encre et ornée de deux saphirs en guise d’œils.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le conteur
avatar

Admin


36 messages.
Inscrit le 03/02/2016.


MessageSujet: Re: Les sables mortelles de Lut Gholein!   Mer 3 Mai - 0:35


.


Les sables mortelles de Lut Gholein

Le dernier espoir se repose sur une fin







~Légende ou réalité ?~


S’il savait, s’il savait qui j’étais… Me donnerait-il autant de considération et affirmerait-il que se sont les premières abominations que je vois ? Je ne pense pas… Me pliant à ses conseils, je suivis le mouvement, par pur curiosité de voir comment un humain pouvait s’en sortir. Au loin, je voyais se déceler une forme, plutôt humaine se créer dans un Gesers de sable… Fort étonnant, ses créatures me rappellent quelque chose, mais quoi…

Et c’est alors que le cris strident me fit rappeler de quelle « abomination » celle-ci était classé à mon esprit.
Deux créatures commencèrent à se former autour de moi, mais je n’eus le besoin de bouger, mon accompagnateur était un valeureux guerrier, très vif et instinctif qui immédiatement me pris en charge pour me faire fuir ses créatures.

« Il ne cessera pas d’en venir courez vers le rocher et grimpez »

Me criait-il en courant à mes côtés en me tenant par la aube. Devant nous se découvrait alors la dent de mon cher Gwynn, pousser à le retrouver. Par la magie du héro de Lut Gholein, je finis accroché hors de portée des êtres de sable puis nous grimpons cette dent. Très surpris de constaté que les êtres composant le monde que je devais désormais protéger l’avait enchanté pour qu’il puisse apparaître un abri plein de confort.

Le guerrier m’invitait au repos, mais je ne ressentais aucun sommeil, ce qui est plutôt normal compte tenu de mes particularités, je courbais alors mon dos, poing sur le cœur pour le remercier puis avançait dans la pièce pour observer les alentours. Cette pièce était faite d’une magie qui dépassait la compréhension de leur créateur, cela se ressentait. Ils avaient créer en la dent de la bête une anomalie, un multivers miroir très mal géré. Pour être plus claire, prenons l’exemple d’une chaîne faite de maillons métallique. Ses maillons forment un bracelet, il est bien posé sur le poignet, mais se bracelet présente des haillons menant à nul part, comme ses ex-croissances osseuses qui pousserait sur une partie du corps, inutile, douloureuse et déformante…
C’est sans aucune sensation de surprise que je regardais la pièce qui m’entourait, une bonne partie de ses choses étaient à mes yeux inutiles, moi qui me plaisais à vivre dans le néant dans lequel j'observais mon peuple évoluer.

« Faites comme chez vous, nous ne restons que le temps que la nuit passe, les abominations seront partis d’ici là. »

L’homme dévoilait alors son visage en retirant ce qui jusque là, lui permettait de le cacher. Pour ma part, ni mon aube, ni ma capuche fut retirer pour le moment, je n’en voyais pas la nécessiter. Je me contentais de plonger mon regard mystique dans les yeux de se guerrier, allant jusqu’à pénétrer dans son âme pendant quelques secondes, ce qui dû à mon sens, lui laisser une sensation.

" Arakar de Lut Gholein, pourquoi appelez-vous ses êtres des sables des abominations… ? ‘’


Je dis d'une voix posée sans répondre à l’invitation de me poser, je me contentais de rester là, à fixer sous ma grande aube le mâle qui était resté posé, à se reposer après cette petite bataille.


© Code de Anéa pour N-U


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lacroiseedescontes.forumactif.org
Le Dernier Explorateur
avatar



10 messages.
Inscrit le 10/04/2016.


MessageSujet: Re: Les sables mortelles de Lut Gholein!   Mer 3 Mai - 9:59

L’étrange femme qui m’accompagnait semblait ne pas avoir besoin de se reposer, j’avais voulu continuer à avancer après ma première escarmouche face à ses choses avec mon mentor… J’avais vite appris que le moindre havre de repos devait être pris pour rester le plus fort possible.

J’ai bu beaucoup d’eau et après avoir sortis un peu de viande séché je suis resté à attendre que ma compagnon se délit la langue… Néanmoins, je compris rapidement qu’elle n’était pas si inactive quand j’ai senti une sorte de présence venir farfouiller dans ma tête. Alors que je réfléchissais encore à la conduite à tenir après avoir appliqué les techniques de défenses mentales de mon maître, la femme émit une question.

« Pourquoi je les appelle comme cela ? À la mort de mon mentor, j’ai souhaité en apprendre plus sur les abominations, je me suis lancé donc dans un voyage… Le plus dur de ma vie. J’ai chassé les abominations, traqué pour trouver d’où elles venaient ainsi.
 » Je soufflais en buvant alors que ma gorge s’asséchait à ces souvenirs.
« Après des jours de traques dans une partie du désert que personne n’avaient exploré, après nombre de blessures, j’ai enfin eu mes réponses. Une espèce de temple de sable se dressait, de manière presque organique, j’ai suivi à l’intérieur les créatures qui y traînaient un pauvre hère… Je les ai vus l’attaché à un autel… Une créature plus évolué est alors apparu, portant des vêtements rouges. Elle a apposé sa paume sur la bouche du pauvre homme et j’ai vu le corps du sacrifié se dessécher à vue d’œil et se changer en sable… Avant de reprendre vie sous forme d’une abomination. »

J’avais dû me battre pour rentrer, la plus longue exploration de ma vie, la plus dure. J’avais vaincu de nombreuses abominations sur la route, mais chaque fois, je revoyais le visage d’un disparu à la place des masques de sable furieux. 

D’ici trois jours, nous serons au canyon, là-bas les abominations n’étaient pas le seul danger, certains humains arrivaient encore à vivre sur place, mais ils n’étaient pas très accueillants envers les représentants de Lut Gholein. 
Je m’allongeais après avoir mangé et restais les yeux fermés sur les coussins qui couvraient le sol en une multitude de cellules coloré.

« Vous devriez dormir, j’ignore si nous le pourrons pour la suite du voyage. Les sables sont capricieux, il n’y a pas toujours de rocher pour permettre une halte. » Je lui conseillais gentiment avant d’ajouter. « Et évitez de fouiller dans ma tête sans prévenir s’il vous plaît… » 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé.


messages.
Inscrit le .


MessageSujet: Re: Les sables mortelles de Lut Gholein!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les sables mortelles de Lut Gholein!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rose des sables
» gazelle des sables de 1905 par Amiral13
» Rose des sables...
» SABLES APERITIFS
» Martin Georges R.R. - Les rois des sables

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La croisée des contes :: Zone de RP :: Horreur-
Sauter vers: