AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Créer, imaginer, poster ! C'est la devise de ce site !
 

Partagez | 
 

 Le fléau de Glowstraith [Création Originale]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MrPhasme
avatar



9 messages.
Inscrit le 04/02/2016.


MessageSujet: Le fléau de Glowstraith [Création Originale]   Sam 6 Fév - 0:43

Prologue :



C'est par une nuit froide et pluvieuse que commença cette histoire. Depuis plusieurs mois désormais, un vent de peur et d'angoisse planait au dessus du village de Glowstraigh, un petit bourg perdu d'Angleterre. Les habitants n'osaient plus sortir de chez eux une fois que les premières lueurs du clair de lune apparaissaient, car un terrible fléau s'était abattu sur le village : un loup-garou terrorisait les environs, dévorant chaque nuit villageois, chevaux, têtes de bétails ... Si bien que les habitants finirent même par craindre de sortir de chez eux la journée, car l'appétit de la bête semblait grandir à chaque nuit qui passait.
Alors que la terreur s'était installée dans le quotidien des villageois de Glowstraigh, une leur d'espoir vint percer le voile sombre qui obscurcissait  la vie de cette pauvre petite bourgade maudite. En effet, un jour vint un homme bien singulier, qui ne passa pas inaperçu au sein de la communauté de Glowstraigh ...

Chapitre 1 - Douce brise, lente agonie



Au beau milieu d'une nuit de la fin du mois d'août en l'an 1889, l'incarnation de l'espoir de Glowstraigh fit son apparition. Mais elle ne prit pas la forme d'un message angélique, d'un homme vertueux ou encore d'un noble chevalier défendant la veuve et l'orphelin. Cet espoir là avait pris la forme d'un homme des plus sombres ...
Vêtu de son long manteau noir, son stetson sur le crâne et ses longs cheveux noirs aux reflets rouges comme des flammes, l'homme, dont le visage était encore masqué par son écharpe, traversa la ville pour se rendre à l'auberge. Lorsqu'il poussa la porte de la bâtisse, le silence se fit dans le salon qui était encore bien plein malgré l'heure tardive. Tous les regards se tournèrent alors vers cet étranger qui pénétrait la salle et se dirigeait vers le comptoir, laissant une multitude de gouttes d'eau se déverser au sol à chacun de ses pas.
Il prit place sur un des fauteuils et appela le serveur d'un geste silencieux et commanda un verre de whiskey. Son accent trahissait ses origines ; il n'était pas né anglophone. Il avait dans son parlé une pointe très scandinave. Aussi le barman ne manqua pas de le remarquer et de le faire savoir à son nouveau client fraîchement arrivé.



"Z'êtes pas du coin, vous, j'me trompe ?
- Pas vraiment, en effet, répondit l'étranger.
- Et d'où c'est-y qui vient, c't'oiseau là?" brailla un des vieillards qui jouaient aux cartes à une table.
"Norvège" répondit simplement le nouvel arrivant.


A ce moment précis, James McRoght fit son entrée. McRoght était un homme d'influence à Glowstraigh, on pouvait même dire de lui qu'il en était en quelque sorte le shérif. Et en tant que protecteur auto-proclamé (titre que personne n'avait osé lui contester de peur d'être fusillé) il n'apprécia pas l'arrivée du Norvégien.
McRoght scruta le salon à la recherche de celui qu'il qualifiait d'intrus dans sa façon de penser. Lorsqu'il le vit assit au comptoir, ses yeux se plissèrent, ses traits déjà sévère au naturel devinrent encore plus durs et il poussa un léger grognement d'agacement avant de se diriger vers lui et de se poster fièrement debout dans son dos.
L'étranger, bien qu'il eu remarqué la présence nouvelle de quelqu'un derrière lui, ne broncha pas le moins du monde et continua de siroter son verre le regard perdu dans le vide. Cette réaction - ou plutôt cette absence de réaction - agaça encore plus McRoght, ce qui conduisit ce dernier à prendre la parole d'un ton autoritaire et menaçant.



"Hum hum. Dis donc mon gars. Je sais pas d'où tu viens, je sais pas qui t'es, mais ici on aime pas trop les étrangers, et encore moins quand ils ont l'air louche comme toi.

- J'ai autant l'air louche que t'as l'ai intelligent, mon gros." fit le Norvégien en tournant juste assez la tête pour voir à qui il parlait.


McRoght, dont il ignorait encore le nom, était un homme de bonne taille et plutôt ventripotent, ce qui ne l'empêchait pas d'être craint pour son adresse au fusil. Son visage était parsemé des premiers signe de la vieillesse, on pouvait y desceller quelques rides, et il arborait une moustache touffue sous le nez dont les poils grisonnants s'accordaient à la couleur blafarde de ses yeux. La réponse de l'étranger fit néanmoins passer le teint blanchâtre de sa peau à un rouge cramoisi. Il prit son revolver et le pointa sur la tête de l'inconnu, qui ne broncha pas.


"Tu vas regretter ce que tu viens de dire, sale avorton !" tonna McRoght.


C'est à ce moment là qu'entra le maire. Ce dernier, un petit homme plutôt ventripotent, au crâne dégarni et aux cheveux grisonnants, portant des lunettes à la monture épaisse par dessus ses petits yeux verts en amande. Il était vêtu d'un très élégant costume noir, agrémenté d'un haut de forme de la même couleur. En voyant son shérif menacer l'étranger, ce dernier hurla à travers tout le salon, ce qui eu pour effet de faire tomber le silence dans la salle.


"McRoght ! Baissez immédiatement cette arme !

- Pardon, m'sieur l'maire, mais c'type là est un sale morveux qu'à rien à faire ici.

- Au contraire, monsieur McRoght. Cet homme est venu à ma demande, pour nous débarasser du problème dont vous deviez vous charger." La voix du maire était pleine de reproches et d'agacement. Il tourna son regard vers l'étranger dont personne ne connaissait encore le nom. "Veuillez pardonner le comportement rustre de monsieur McRoght. Je vous souhaite la bienvenue à Glowstraight, monsieur ...?
- Raviosta. Harja Raviosta.

- Quel nom pathétique, ça doit être synonyme d'avorton" railla McRoght.

"En fait, ça veut dire la crinière de la fureur. C'est en rapport à une vieille légende sur ma famille. Mais je doute qu'un esprit aussi simplet puisse tout comprendre."


Alors que McRoght allait répondre sur un ton encore plus agressif et condescendant, le maire le stoppa d'un geste de la main et invita Harja à le suivre jusqu'à son bureau à la mairie. Ce dernier accepta avec politesse l'offre du maire, puis lança un dernier regard de défi à McRoght avant de s'en aller en laissant un billet sur le comptoir pour payer son verre.
Le bureau du Maire était assez étroit, il y avait à peine la place pour y mettre un bureau et quelques meubles de rangement. Sur une petite table contre le mur du fond se trouvait une machine à écrire, une petite étagère se trouvait debout derrière la bureau, et une simple commode servait à stocker tous les documents manuscrits de maire. Mais ormis cela, il n'y avait pas grand chose de plus dans la pièce, à part quelques tableau de paysage campagnard un soir d'été pour égayer un peu l'ambiance.
Le maire s'assit sur son fauteuil de cuir, qui était la seule chose luxueuse de la pièce, et invita Harja à faire de même sur la petite chaise en face de lui. Le norvégien s'exécuta et attendit que le maire prenne la parole.
Ce dernier lui proposa du thé, qu'Harja refusa poliment, puis ouvrit la conversation.


"Monsieur Raviosta, j'imagine que vos êtes au courant de ce qui nous tracasse à Glowstraight ...

- Bien sur, auquel cas je ne serais pas ici mais encore en Norvège à pêcher du saumon.

- Exact. Permettez moi de vous remercier d'avoir répondu à notre appel à l'aide et d'avoir fait un si long voyage pour nous apporter votre aide.

- Ne vous perdez pas dans des discours longs et inutiles remplis de belles formules et de remerciements, Mr le maire. Gardez cela pour vos citoyens et électeurs, et contentez vous d'aller droit au but.

- Très bien. Donc, comme vous le savez, nous avons de forts soupçons sur la présence d'un loup-garou dans les environs du village. Mais si je dis bien "de forts soupçons" c'est parce qu'il y a quelque chose qui semble clocher. Je ne vous apprendrais rien en vous disant qu'un loup-garou ne subit de transformation que lors des nuits de pleines lunes. Or, chaque nuit, nous subissons des attaques. Par la grâce de Dieu, la plupart du temps, c'est le bétails qui est visé, mais depuis quelques semaines, les victimes humaines se multiplient.

- Donc si je comprends bien, il semblerait que vous ayez un loup-garou qui se change toutes les nuits et qui commence à se lasser du gout de la viande de boeuf.

- C'est en effet ce qui semble se passer. Je vous demande donc votre aide pour traquer, trouver et terrasser ce fléau. Votre prix sera le mien.

- Mon prix n'est pas élevé. Tout ce que je demande, c'est d'être logé dans l'une des maisons du village le temps de mon séjour. Une fois que j'aurais accompli mon travail, je vous rapporterai la tête du monstre en guise de preuve et je repartirai. Tout ce que je vous réclamerai sera de quoi financer mon voyage de retour en Norvège.

- Alors, c'est entendu. Merci mille fois, monsieur Raviosta. Si vous le voulez je pourrais vous loger chez moi ...

- Non, une maison simple, une petite chaumière me suffira. Je ne suis pas trop à l'aise dans le luxe, sans vouloir vous offenser.

- Il n'y a pas de mal. Je vais donc m'entretenir avec les villageois pour trouver une âme charitable."


Alors que les deux hommes discutaient tranquillement dans le bureau, un cri déchirant vint rompre la sobriété de leur échange. Ce dernier venait d'une ferme non loin du centre du village, à seulement quelques foulées de là. Harja se leva d'un bond de sa chaise, remit son chapeau sur sa tête et fonça dehors pour savoir d'où venait précisémment ce cri. Une fois sorti dans la rue, il put voir un ammoncellement de villageois à un endroit précis. Il s'y précipita, écarta la foule de ses bras pour se trouver devant un spetacle des plus effrayant : le corps d'une femme était démembré, déchiqueté et baignait dans son sang, qui se mélangeaient à la boue du sol à cause de la pluie battante. Sur son visage, on pouvait lire une expression de terreur, figée à jamais et symbole de la peur que suscitait la créature chez les habitants. Harja se pencha sur le corps, examina les blessures puis se releva. Il avait bien affaire à un loup-garou. Mais un détail ne collait pas, et il se devait de découvrir pourquoi. Pourquoi, alors que les transformations des loup-garous ne survenaient que lors des soirs de pleine lune, Glowstraight était la victime de ses attaques chaque soir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le fléau de Glowstraith [Création Originale]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Machine à cloner, Full scratch (création originale)
» Papibellule ( porte-photos féeriques )
» Création Perso Spé : Altaïr (Assassin's Creed)
» Création d'une parade imaginaire ?
» Ma création de l'urne de mariage DISNEY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La croisée des contes :: Zone de RP :: Fan Fiction-
Sauter vers: